Fabriquer un aquarium table basse

0
379
Aquarium Fini

Comment construire un aquarium table basse ?

Phase 1 : les plans

étape 1 : le calcul de l’épaisseur de la vitre

Pour cela pas besoin de disposer d’un doctorat en résistance des matériaux ni d’effectuer le moindre calcul. Contentez-vous de télécharger Aquabuild. Ce logiciel fera le travail à votre place, et vous garantira une épaisseur de verre suffisante en fonction des dimensions choisies.

Bémol : le logiciel n’effectue les calculs que pour des aquariums à base carrée ou rectangulaire.

étape 2 : la réalisation d’un modèle 3D
Je vous conseille cette fois-ci l’utilisation du logiciel (gratuit) sketchup. Vous devrez faire un peu plus que rentrer quelques chiffres, mais des tutoriels sont disponibles sur internet pour réussir à réaliser un modèle. Notre plan ressemblait au final à ça :

aquarium plan 1

La texture choisie pour le bois fait penser à une cagette ce qui donne un côté assez rustique à l’aquarium, mais faites abstraction ce n’est qu’un plan pour l’instant. Nous avons choisi de réaliser une table basse à basse carré (80cm x 80cm). La hauteur totale est de 60cm. Cela peut sembler un peu élevée pour une table basse mais le mâle dominant voulait une table carrée, et moi je voulais un aquarium avec une capacité d’environ 300L. (Au final, elle avoisine les 250 L).

Vue de dessus : on a prévu de faire reposer la vitre du dessus sur des taquets fixés dans les angles. Même principe que pour les chaises en paille. Cependant on peut poser le couvercle différemment.

Remarque : si vous prévoyez de manger souvent sur votre aquarium, pensez à mettre à niveau la vitre de couvercle et les contours en bois. Cela évitera (1) de ne pas pouvoir poser une assiette au bord (sauf s’ils sont assez large, ce qui n’est pas le cas des nôtres) et (2) d’avoir en permanence des miettes coincées contre le bois.

Vue de dessous
Vue de dessous
Vue de dessus
Vue de dessus

On a choisi d’ajouter des barres transversales. Pas sûr que ça soit indispensable mais ça me rassurait niveau solidité. Et au final, notre fond étant constitués de deux planches, ça s’est avéré être un bon choix.

étape 3 : les repérages en magasin, le choix des peintures

Avant de passer à l’une des phase suivante, rendez-vous dans un magasin pour voir quels bois vous sont proposés. Et surtout si ça correspond à vos plans. Par exemple nous avions choisis d’utiliser des planches de 20 mm d’épaisseur mais on n’en trouvait qu’en 18 mm d’épaisseur. Du coup retour à l’étape 1 et à l’étape 2 pour modifier les mesures.

Cette étape est importante car elle vous permet aussi de vous faire une idée du coût des matériaux. Cela dépendra de l’épaisseur de la vitre, de son type de découpe, ou encore du type de bois. N’hésitez donc pas à revenir sur les différentes étapes de la phase 1 jusqu’à être sûrs de rentrer dans votre budget. Pour faire ces choix demandez conseil aux vendeurs ou renseignez vous sur internet. Je ne pourrais pas vous donner beaucoup de conseils dans la mesure où je n’y connais rien en peinture.

Une fois que vous connaissez les dimensions exactes du produit final et que vous avez une bonne idée des coûts, vous pouvez passer aux phases suivantes.

Remarque : si la phase 1 doit être exécutée avant toute chose, notez que les phases 1 et 2 peuvent être exécutées en parallèle.

Phase 2 : la table basse

étape 1 : la découpe

Vous pourrez faire découper la plupart de vos planches en magasin. Pour les tasseaux, pièces d’une largeur inférieure à 10 cm, ou autres trucs qu’on n’acceptera pas de couper à votre place, voici comment faire.

Matériel : – vos planches
– un crayon à papier
– un mètre
– une règle
– une scie
– une boîte à onglets
– des bras
(- de l’arnica)
(- une couverture)

Commencez par tracer vos lignes de coupe sur les planches. Si comme nous vous n’avez pas de garage, pensez à recouvrir votre sol d’une protection, ça vous évitera de le scier (surtout s’il est en lino…).
Munissez vous ensuite de la boîte à onglets. Une boîte à onglets, c’est cet instrument EXTREMEMENT bien pensé et bon marché qui vous permettra de couper droit vos planches de faible largeur.

scie

Privilégiez l’investissement dans une boîte à onglets large. Sinon il en existe en plastique comme en bois, les deux sont bien.

Voilà ça y est, vous pouvez couper vos planches de faible largeur. Je recommande l’utilisation d’une tierce personne pour couper le bois à votre place, surtout si vous êtes flemmard et peu musclé. Vous pourrez vous rendre utile en tenant la boîte à onglets, surtout si vous êtes sur une couverture.

étape 2 : le peindage (quoi « la peinte » ?)

Matériel :

– les planches
– teinture gris anthracite
– bouche pores
– vernis mat
– deux pinceaux
– acétone
– chutes de bois
– vieilles serviettes de toilette

Les vieilles serviettes de toilette servaient à protéger la table sur laquelle nous avons peint. Tout d’abord nous avons appliquée la teinture au pinceau sur une face. On attend que cela soit sec au toucher et on fait l’autre face. Comme ce n’était pas assez foncé à notre goût, nous avons ajoutée une deuxième couche. Avant de la poser on a attendu le séchage complet. La teinture se rinçait à l’eau.

Ensuite pose du bouche pore. Une seule couche cette fois. Rinçage des pinceaux à l’acétone.

Puis pose des deux couches de vernis. Vernis qui se rinçait à l’eau également.

Remarque : certains préféreront tout monter avant de peindre. Personnellement ça me semble moins pratique pour peindre, et également moins propre. Donc intérêt moindre.

étape 3 : le perçage et prémontage

Matériel :

– les planches (peintes ou non)
– moulte chevilles en bois (aussi appelées « tourillons »)
– une butée de profondeur
– des centreurs à tourillons
– un foret de diamètre correspondant à celui de vos chevilles
– une perceuse
– un maillet
– un mètre
– un crayon à papier
– les plans de la phase 1

Remarque : vous pourrez aussi utiliser des vis et des équerres. Mais on les montera plus tard.

Pour commencer, imprimez vos plans et ajoutez au crayon l’emplacement de vos chevilles en bois. Pour chaque cheville tourillon il y aura deux trous à percer. Ne marquez qu’un trou sur les deux à chaque fois.
Petits détails sur le matériel :

matos
Voilà, maintenant que vous voyez bien ce dont il s’agit, à l’action. Percez un trou jusqu’à ce que la butée bloque le foret.

Remarque : vous devrez avoir réglée la butée en fonction de la longueur de vos chevilles. (mieux vaut un trou trop profond que pas assez, sinon vos pièces ne s’assembleront pas parfaitement)

Ensuite mettez un centreur dans le trou percé. Placez la planche percée contre celle avec qui elle sera montée. Tapez un coup de maillet. C’est presque magique : vous savez précisément où percer pour votre deuxième trou 😀

Une fois les deux trous faits, essayez de mettre la cheville le tourillon. S’il reste un espace entre les deux planches c’est que la butée est trop basse sur le foret. Modifiez son emplacement et agrandissez vos deux premiers trous. S’il n’y a plus d’espace entre les deux pièces assemblées, ne touchez plus à la butée, sa taille est parfaite.

Renouvelez l’opération pour toutes vos chevilles tourillons. Lorsque vous avez fini, vous pouvez essayer de monter l’ensemble pour vérifier que tout s’assemble bien et qu’il n’y a pas eu d’erreur de découpe ou de mesure. Mais surtout : ne collez rien ! Cela se fera durant la phase 4, lorsqu’aquarium et la structure en bois seront prêts.

Phase 3 : l’aquarium

étape 1 : l’achat des vitres

Cela constitue toute une étape car il vous faudra choisir entre du verre-de-riche-non-coupant-tip-top-mignon-mais-ultra-cher et du verre-de-pauvre-coupant-et-coupé-de-travers.
A priori 8mm d’épaisseur est le très grand maximum pour du verre coupé en magasin (et donc pas trop cher). Mais passé cette épaisseur il faudra vous replier vers du verre de riche. Bon, nous on a choisi l’option verre du pauvre, donc coupant.

étape 2 : le collage des vitres

Matériel :

– des vitres aux bonnes dimensions
– des serres joints (pouvant être faits maison)
– du silicone pour aquarium
– un pistolet à colle
– du papier de verre
– de l’acétone ou du white spirit
– un chiffon
– des gants
– du scotch marron
– des pansements
– des compresses
– du scotch médical
– du désinfectant
– un cutter

Pour commencer, si vous avez choisi du verre-de-pauvre, récupérer l’épaisseur avec du papier de verre. Les vitres seront toujours aussi coupante, mais vous pourrez les coller de droit. Pensez à mettre des gants pour chaque manipulation du verre (qui est très coupant).
Commencez par nettoyer les vitres avec l’acétone (ou le white spirit) sinon le silicone ne tiendra pas dessus. Ensuite appliquez une rangée de silicone sur le bord de la vitre du fond. Posez la vitre-mur correspondant et appuyez pour chasser les bulles d’air. Après il faut trouver un moyen de faire tenir cette vitre droit jusqu’à ce que le silicone soit sec.
Ensuite nous on a choisi de monter la vitre d’en face (mais si vous cherchez un peu sur internet, vous verrez que la manière classique consiste à monter les murs adjacents et de terminer par le mur opposé au premier). On a laissé un peu sécher tout ça puis on a monté le reste.

étape 3 : les finitions
Une fois que tout était sec, on a coupé au cutter le silicone qui dépassait dans les angles intérieurs. Ensuite on a remis une rangée de silicone dans les angles internes puis lissé ça avec un doigt humide. On s’est dit que ça serait une bonne manière d’être sûr de l’étanchéité de la chose.

Remarque : évitez de border ces nouveauc joints de scotch. Le silicone étant assez épais, il ne sera pas parfaitement plaqué contre la vitre. Et puis en lissant avec le doigt on obtient quelquechose de suffisamment droit pour que le scotch ne soit pas nécessaire.

En cas de coupure durant ces manipulations (ce qui ne manquera probablement pas d’arriver…) désinfectez puis pansemantez jusqu’à arrêt total du saignement u.u

étape 4 : test de l’étanchéité
Voilà, maintenant vous pouvez remplir votre bac et voir s’il est parfaitement étanche ou non. Nous on l’a laissé toute une nuit pour voir s’il était BIEN étanche. S’il y a une fuite, jetez votre aquarium par la fenêtre et retournez acheter du verre.
Bien entendu, je plaisante. S’il y a une fuite, ce n’est pas grave. Il est tout à fait possible de résoudre ce problème. Si c’est une petite fuite essayez de colmater avec du silicone, laissez sécher et re-testez l’étanchéité. Si ça fuit toujours ou s’il s’agit d’une grosse fuite, il va falloir décoller une des vitre en cause et recommencer son collage. Pour décoller cette vitre il suffit d’utiliser un cutter. Ca se fait assez facilement. Ensuite il faut virer le silicone resté sur le verre à l’aide d’un cutter toujours. Nettoyer au white spirit et revenir à l’étape 2.

Une fois que l’aquarium est parfaitement étanche et que la phase 2 est complète, vous pouvez passer à la phase 4.

Phase 4 : L’aquariom table basse

étape 1 : le montage

Eh ben voilà. Mettez l’aquarioum dans la table basse, fixez le tout. Et pensez à tous les trous pour le matériel qui va avec l’aquarium (filtres, …)

étape 2 : le remplissage
Remplissez l’aquarium de son sol puis d’eau, mettez le matériel en route, ajoutez les plantes, rajoutez de l’eau, attendez trois semaines et puis paf ajoutez les poissons.

Ca y est ! Vous avez un magnifique aquarium table basse !

contents ?
Bon pour l’instant nous ça ressemble à ça :

Aquarium Fini
Aquarium Fini